Entrainement pour le Swim Run Cote Vermeille

Entrainement pour le Swim Run Cote Vermeille

Lorsque je m’inscris à une course, ce n’est pas juste pour le Jour J, mais pour tout ce qu’il y avant (les kilomètres, l’alimentation, le sommeil, …) et l’après (la bringue).

Pour le parcours LONG du SwimRun Côte Vermeille, 46Km ( 40km de trail et 6 km de nage), il y avait VRAIMENT besoin de s’entrainer, en tout cas moi, c’est sur je ne pouvais y arriver sans … Mais avec du courage, de la détermination et un peu de temps je pense que tout le monde peut y arriver.

Pour moi le plus difficile a été LE TEMPS : 2 enfants, un copain qui ne pratique pas, des copains qui font la fête et un travail prenant (heureusement mon travail m’aide un peu dans ma préparation), la gestion du temps à été de loin le plus stressant.

Voilà comment s’est passé ma préparation :

  • Novembre/décembre : beaucoup de course à pied et du trail, sans entrainement vraiment, mais l’idée est de ne plus faire de pause, en plus de mon travail de prof de gym, je cours en routine 2 fois par semaine, environ 25km par semaine.

  • Janvier/février: tendinite au bassin, pas de running du tout, du coup je me mets sérieusement à la natation. Je nage environ 3km en piscine, j’essaie 2 fois par semaine.
    • Je télécharge des entrainements de natation sur le site natation pour tous c’est vraiment génial pour progresser.
    • Petit à petit j’intègre des plus longues portions de nage en crawl avec plaquettes et pullboy. Il faut y aller doucement pour éviter les tendinites aux épaules, je fais d’ailleurs des exercices pour renforcer mes épaules.

  • Mars : Trail de 21km D+1100m, La Spuclasterka, je suis remis de ma blessure, mais j’attaque ce trail sans entrainement, un bon moyen de se remettre dedans (j’aurais des courbatures comme jamais). Je me remets donc à courir 2 à 3 fois par semaine, avec une sortie longue le weekend, donc environ 40km par semaine et je nage 1 fois par semaine.
    • La veille du trail avec ma coéquipière, on se fera une première sortie en eau vive et très froide, avec une bonne houle, à Biarritz, beaucoup de vagues et une eau glacée, conditions extrêmes, mais ça nous met bien en confiance, ça ne pourra pas être plus dur (j’ai fait une méga hypothermie, j’ai cru que j’allais mourir).

  • Avril: j’ai la chance d’aller faire une étape du Marathon des Sables, ça sera ma sortie longue, 32km dans le sable ! Je continue à nager au moins 1 fois par semaine et je commence les sorties en eau vive, dans un lac.
    • On se fait notre premier SwimRun avec full matos, 13km autour du lac, 3 portions de course et 2 de nage : il fait encore super froid ! Mais on kiff et on s’habitue bien à nager ensemble. J’en referai un deuxième avec un copain qui lui s’entraine pour l’Ultra. Donc 2 entrainements Swimrun ce mois là.
    • En parallèle je continue toujours à courir environ 3 fois par semaine, 1 nage par semaine (ou 2 dès que je peux), en plus de mes cours de gym, je fais du sport tous les jours, sauf le samedi. ==> Je me fais un double entrainement le mercredi course le matin et nage l’après midi.
    • Et dès que possible j’essaie de faire du dénivelé, je suis très mauvaise en côte, donc j’essaie de m’entrainer un max à ce niveau là.

 

  •  Mai : je continue sur le même rythme, mi-mai on se fait une grosse sortie Swim Run (enfin plus de trail que de Swim), avec un trail de 30km avec un D+1500m et la nage de 2000m.

  • Juin : le 22 juin arrive très vite, je ralenti un peu les 2 dernières semaines et surtout je bois de l’eau, je fais attention à tout (d’ailleurs je me suis fais mal à une épaule en rattrapant la petite qui a failli tomber de mes bras, heureusement mon kiné-ostéo est un magicien).
  • La suite vous la connaissez : récit de mon expérience sur le SRCV

Author

Follow Us On Instagram @josyrunning