On court ensemble ?

On court ensemble ?

Ce texte est un extrait : retrouvez l’article complet dans le dernier numéro de Running pour Elles en kiosque en ce moment même !

Je pars courir, je lance mon appli pour connaitre mon allure et là deux choix s’offrent à moi, soit j’active la connexion avec mes réseaux sociaux et mes copains peuvent me soutenir dans l’épreuve soit je n’active rien du tout et j’en chie toute seule dans mon coin. À vrai dire, à bien y réfléchir tout le monde s’en fiche pas mal de mon jogging du dimanche (et je les comprends) donc plutôt courir seule que devant 426 ami(e)s pas vraiment concernés par mes prouesses sportives et pour la plupart encore sous la couette (oui, tous mes ami(e)s sont des feignasses).

Je comprends tout à fait celles et ceux qui ont besoin de se regrouper pour mieux se motiver, s’encourager ou se conseiller. Mais moi, mon métier dans la vraie vie c’est justement d’encourager, motiver et conseiller les gens pour qu’ils fassent du sport ! Le running c’est mon truc à moi, donc j’aime bien le pratiquer seule. La seule présence que j’accepte c’est Françoise, mon chien (pas toujours très blanc au départ, constamment marron à l’arrivée). C’est elle qui me motive à sortir quel que soit la météo, qui me pousse à aller plus vite plus longtemps, parce qu’elle n’est jamais fatigué ! Le schéma de course est simple, je cours après Françoise qui court après les lapins, qui courent après des carottes (celles avec des jambes)…

 

Un tas de réseaux existent pour mettre en relation les coureurs désirant s’entraîner en groupe, je n’ai rien contre cela mais la spontanéité de la course à pied devient moins évidente. Ce qu’il me plaît dans cette activité c’est le côté : « j’enfile mes baskets et je me casse courir » en 5 minutes me voilà sur le trottoir ou dans les champs, inutile de réserver un court ou d’attendre les 10 autres joueurs de mon équipe. Courir seule m’épargne également de discuter de choses chiantes à un rythme qui n’est pas le mien lors d’un parcours que je voulais absolument évité. Oui je vous vois venir, tout ça peut également être choisi d’un commun d’accord lors d’une discussion préalable, mais clairement quand je vais courir je suis une connasse, une connasse égoïste…

….. Et voilà … SUITE ET FIN p.86 du n°34 de Running pour Elles !!!!

nm_running-pour-elles-num34-avril-mai-2016_1089

 

Author

Follow Us On Instagram @josyrunning