Pire course de ma vie : quand j’ai couru avec des tennis trop petits.

Pire course de ma vie : quand j’ai couru avec des tennis trop petits.

20km de Paris 2011. Quelle excitation ! Non seulement c’est l’euphorie au départ, mais en plus je porte aujourd’hui des runnings flambant neuves. Je les ai prises pile à ma taille, histoire qu’elles ne disproportionnent pas avec mes mollets maigrelets. Le départ est lancé, on va bien voir ce qu’elles ont dans la semelle !

KM1 : L’amorti est extra, on y est comme dans des chaussons.
KM 5 : Waouh, je sautille, me faufille, on va en avaler des kilomètres !

KM 12 : Les jambes se raidissent. C’est bizarre, pourtant je suis bien hydratée, je suis super entraînée . C’est sûrement un petit coup de pompe (je ne croyais pas si bien dire).

KM 17 : Les crampes sur le devant du mollet toujours pas calmées, les orteils sont tellement crispés dans ces satanées baskets que cela remonte jusque dans mes jambes, générant une douleur qui me force à m’arrêter. Je repars, poussée par les encouragements d’autres participants.

L’arrivée semble si loin… Je finis par en atteindre la ligne en claudiquant, les pieds rentrés et l’allure peu fière… J’ai bien cru que je finirai la course en rampant…

Conclusion : toujours 2 pointures de plus pour des chaussures de runnings, éviter de les tester lors d’une course, et puis laisser la coquetterie au vestiaire !

Author

Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Follow Us On Instagram @josyrunning